Cuisinons les plantes sauvages !

cuisine_jean_sulpice_plantes-sauvages

Comme vous le savez, je suis un passionné des plantes, des herbes et des fleurs sauvages. Chaque variété possède ses propres spécificités, du goût en passant par leurs couleurs et leurs textures, tout est possible avec les merveilles que la nature nous offre. C’est pourquoi j’ai décidé de vous révéler aujourd’hui 5 plantes sauvages comestibles avec lesquelles j’ai l’habitude de travailler pour que vous aussi puissiez surprendre tout votre entourage !

1 – La Reine-des-prés 

plante_sauvages_jean-sulpice

Photographe : Franck Juery

 

Plante incontournable pour ceux qui connaissent ma cuisine, la Reine-des-prés est une fleur que j’adore tout particulièrement. Elle fleurit en été et on la trouve très facilement au bord de l’eau. J’utilise cette plante pour parfumer subtilement mes crèmes ou encore mes glaces. Infusée, cette plante peut soulager des rhumatismes ! Attention toutefois à ne pas avoir la main trop lourde si vous décidez de cuisiner la Reine-des-prés car elle peut avoir un goût écoeurant en cas de dosage excessif.

2 – Le calament 

calament_jean-sulpice

De par son parfum et goût mentholé, le calament est également un excellent digestif à savourer après un bon repas ! Également appelée la menthe des montagnes, cette plante est excellente si vous souhaitez apporter une note de fraîcheur à un dessert. J’utilise souvent cette plante pour élaborer de délicieux sorbets !

3 – Le genièvre 

 

Genièvre_plante_jean-sulpice

Photographie : Franck Juery

Voici l’une de mes plantes préférées ! En salade ou infusées, les baies du genièvre facilitent la digestion des plats lourds ! Je craque littéralement pour cette plante qui, en plus d’aromatiser toute sorte de viandes, possède des vertus médicinales puisqu’elle soigne également les rhumatismes ! Le genièvre est à l’origine de certaines boissons comme le gin par exemple, ou bien encore certaines bières qu’on fait fermenter avec quelques baies de genièvre… Attention cependant à ne pas en abuser et de stopper les cures après 6 semaines car le genièvre se révèle être à terme, un irritant rénal.

4 – L’ortie 

ortie_plante_sauvage

Aussi redoutée qu’adulée, l’ortie est un véritable petit bijou du monde sauvage. Vous pouvez en faire pratiquement tout ce que vous voulez : un beurre, une purée, une soupe, une salade ou bien encore une tisane. L’ortie possède des propriétés minérales très élevées et offre un goût d’une douceur à nulle autre pareille. J’adore cuisiner cette plante, attention toutefois :

  • cueillez-la avec des gants
  • aux sols contaminés par le plomb car l’ortie peut le stocker

Pour ôtez ses propriétés urticantes, séchez-la ou frottez-là entre vos mains, trois jours après récolte.

5 – La fleur de pissenlit

 

pissenlit_assiette_sauvage

Photographe : Franck Juery

On en trouve partout et pourtant, si peu de personnes savent ce qu’il est possible de faire avec des fleurs de pissenlit. Tout d’abord, la fleur entière est comestible (feuilles, racine). Plus tôt vous la cueillerez durant l’année, meilleur sera son goût. Vous pouvez transformer cette fleur en un miel divin, pour cela : lavez les feuilles puis hachez-les, disposez le tout dans une casserole avec un fond d’eau, filtrez et ajoutez du sucre au mélange. Vous pouvez également en faire une cramaillotte (confiture de pissenlits) délicieuse, pour cela : faites sécher les parties jaunes de 400 fleurs de pissenlit au soleil, mélangez les avec deux oranges et citrons, faites cuire fleurs et fruits dans 1,5 l d’eau pendant 20 min et ajoutez 1kg de sucre gélifiant. Résultat garanti, parole de chef !

Vous voilà maintenant armé(e) pour cuisiner avec excellence un ensemble de plantes sauvages toutes plus délicieuses et riches les unes que les autres. Et si vous voulez en savoir plus sur les plantes sauvages, mon dernier livre vous révèlera tous leurs secrets, l’Assiette Sauvage… 😉

LAISSER UN COMMENTAIRE